Précarité énergétique : le combat de la Fondation Abbé Pierre

Nous avions écrit un article il y a quelques temps sur comment se chauffer sans chauffage, en mettant en évidence les difficultés que rencontrent de nombreux ménages et en concluant que ce n’était pas la bonne solution, conscients que la question énergétique est un problème pour de nombreux ménages modestes français.

Alors que les températures hivernales ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez, le moment semble bien choisi pour évoquer la thématique de la précarité énergétique, thématique qui nous tient particulièrement à cœur.

En effet, selon le gouvernement, « plus de 3,5 millions de ménages français consacrent plus de 10% de leurs dépenses mensuelles à l’énergie et, dans un cas sur cinq, les ménages sont amenés à limiter leur consommation de chauffage en raison de son coût ».

Précarité énergétique

Plus de 4 millions de passoires énergétiques

La Fondation Abbé Pierre, qui milite contre le mal-logement et contre la précarité énergétique, connue notamment à travers son ancienne campagne « ils s’aiment, mais ce n’est pas ce qui les rapproche » , indique qu’ « aujourd’hui, près de 4 millions de logements en France sont de véritables passoires énergétiques et leurs occupants y vivent comme s’ils étaient dehors, le plus souvent avec un chauffage et un éclairage réduits au minimum… »

Il faut dire que l’énergie coûte de plus en plus cher et les Français semblent bien en avoir conscience. D’après un sondage réalisé par BVA pour Evasol et « 20 minutes », « une écrasante majorité de Français pense que l’énergie va devenir de plus en plus chère ». D’après l’institut de sondage, « en plein débat sur l’avenir du nucléaire, les Français s’attendent presque tous à ce que l’énergie devienne plus chère qu’aujourd’hui, dans 2 ans (89%), dans 10 ans (98%) ou dans 20 ans (91%) ». En outre, les français sont de plus en plus inquiets sur les questions liées à la consommation énergétique et à l’environnement (plus d’informations ici).

Pourquoi l’électricité et le gaz continuent d’augmenter ?

Quel est donc l’intérêt pour l’Etat d’augmenter les tarifs de l’énergie si c’est pour attribuer de plus en plus d’aides aux ménages pour se chauffer et s’éclairer ?

La Fondation Abbé Pierre s’interroge en ce sens aussi, estimant que les mesures mises en œuvre par les pouvoirs publics « n’allègent qu’une partie du public concerné » et « ne compensent pas les diverses augmentations subies par les familles les plus modestes ». Elle réclame donc la création d’un bouclier énergétique qui garantirait à chacun une capacité minimum à se chauffer.

Chaque année, des SDF meurent de froid. Cela ne choque peut-être plus. Mais comment l’opinion réagirait-elle si des individus mourraient de froid chez eux ? Comment les pouvoirs publics réagiraient-ils face à une « canicule » à l’envers… ? Il est urgent d’agir.