Comment rénover sa ventilation ?

À une époque où le changement climatique semble offrir des températures plus élevées et des conditions météorologiques imprévisibles, maintenir le confort dans les maisons devient un défi de plus en plus grand. C’est ainsi que la ventilation est devenue cruciale dans la gestion du flux d’air.

Rénover votre ventilation s’avère donc être d’une importance capitale. Car elle fournit un air sain qui améliore le bien-être et apporte des avantages significatifs en termes de concentration, productivité et réduction du stress. Ce guide recense les différents mécanismes en mettre en place pour améliorer efficacement la ventilation de votre maison.

A lire aussi : Comment chauffer sa maison ?

Évaluez la qualité actuelle de l’air intérieur et extérieur

La première étape lorsqu’il s’agit de rénover sa ventilation consiste à surveiller l’air de votre maison pour identifier et quantifier les polluants intérieurs et extérieur. La deuxième étape consiste à suivre la qualité de l’air intérieur de votre maison à l’aide d’un moniteur domestique qui mesure les particules, composés organiques volatils, l’humidité et le niveau de CO2.

Si vous avez des appareils à gaz, assurez-vous d’avoir également un détecteur de monoxyde de carbone fonctionnel dans votre espace. Par ailleurs, avec un simple hygromètre, ou humidimètre, souvent associé à des thermomètres d’intérieur numériques, vous pourrez mesurer les niveaux d’humidité à l’intérieur.

Recensez les systèmes de ventilation existants

Ce processus permet d’identifier l’ensemble de vos dispositifs d’aération. Les systèmes de ventilation sont de plusieurs types, entre autres :

1.    La ventilation mécanique contrôlée (VMC) à simple flux

Avec ce système, l’air extérieur entre par des bouches d’aération situées dans les pièces principales et est ensuite rejeté à l’extérieur via des zones de service (salles de bains, cuisines) grâce à un bloc de ventilation.

Il existe deux types de ventilation mécanique contrôlée à simple flux : le VMC auto-réglable qui garantit un flux d’air constant quelles que soient les conditions d’humidité extérieure et intérieure ; et le VMC hygroréglable ou «intelligent» qui adapte automatiquement le débit d’air aux besoins des occupants en fonction des variations du taux d’humidité.

2.    La ventilation mécanique contrôlée (VMC) à double-flux

Les systèmes à double-flux extraient l’air vicié de la même manière qu’un système à flux unique mais contrôlent également l’air entrant dans les pièces à travers un réseau de conduits et d’insufflations généralement situé sur le toit.

Le plus souvent, ils intègrent un échangeur de chaleur qui permet de récupérer l’énergie de l’air d’échappement pour la transférer vers l’air entrant. Limitant ainsi la consommation de l’énergie de chauffage ou de refroidissement.

La ventilation mécanique ponctuelle

Elle implique l’usage de ventilateurs d’extraction localisés dans des zones comme une cuisine de restaurant pour éliminer rapidement les polluants à la source au fur et à mesure qu’ils sont générés. Ces ventilateurs multipoints centraux ont plusieurs points de raccordement utiles pour ventiler toute la propriété. Ces derniers peuvent permettre à un seul ventilateur de ventiler plus d’une zone.

La ventilation naturelle

Si l’installation d’un système de ventilation mécanique n’est pas une option, embrasser les pouvoirs de la nature est une alternative. Les forces naturelles, à savoir le vent et la flottabilité thermique entraînent l’air extérieur à travers des ouvertures spécialement conçues comme les fenêtres, les portes, les cheminées et les ventilateurs à ruissellement en raison des différences de densité d’air intérieur et extérieur.

Cette ventilation dépend du climat, du style architectural de la propriété et du comportement humain. Elle a l’avantage de fournir un taux de renouvellement d’air très élevé à moindre coût pour un système simple. Les bâtiments dotés d’une ventilation naturelle moderne peuvent atteindre des taux de renouvellement d’air très élevés grâce, qui parfois dépassent largement les exigences minimales de ventilation..

Le saviez-vous ? Des aides locales existent à la rénovation énergétique. Quelques exemples :

  1. Prime agir plus EDF Réunion brasseur d’air

    L’île de La Réunion étant soumise à un climat chaud et tropical, la préoccupation est davantage à la protection contre les fortes chaleurs plutôt que le froid. EDF aide les particuliers en finançant une partie de leurs brasseurs d’air économes en énergie.

  2. Subvention rénovation isolation Pays de La Loire

    La 8ème Région la plus peuplée de France, les Pays de la Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Vendée) finance une partie des travaux de rénovation énergétique avec le programme ANAH « Habiter Mieux », cumulable avec les aides nationales.

  3. Prêt à taux zéro chauffe-eau solaire Guadeloupe

    La Guadeloupe a mis en place un prêt à taux spécifique pour les chauffe-eau solaires. Pour l’installation d’un chauffe-eau solaire, l’installateur peut vous proposer un prêt sans intérêts, pris en charge par la Région, sur une durée de 12, 36 ou 60 mois.

Evaluez la performance de vos systèmes et détectez les défaillances

La performance d’un système de ventilation peut être évaluée sur la question de savoir si le système fournit le taux de ventilation requis ; la direction générale du flux d’air ; et l’efficacité de la distribution de l’air extérieur dans chaque pièce et sa capacité à éliminer les polluants atmosphériques contenus dans chaque zone.

Des déséquilibres du système se produiront si ses composants ont été mal installés, créant ainsi des différences de pression, c’est-à-dire trop d’air en circulation créant soit un grand courant d’air, soit une stagnation due à très petite quantité d’air en circulation.

Par ailleurs, vous pouvez détecter les défaillances de vos systèmes en :

  • Calculant le taux de ventilation, c’est-à-dire de la quantité d’air extérieur fournie dans l’espace, ainsi que de la qualité de cet air extérieur ;
  • Déterminant la direction générale du flux d’air dans la propriété. 

Maintenez et remettez vos systèmes à niveau

Il est essentiel que les systèmes soient entretenus et maintenus. Les filtres à l’intérieur des unités sont obstrués par la poussière et les débris. Les moteurs et turbines se détériorent également sans entretien. Les systèmes qui ne sont pas régulièrement vérifiés et entretenus sont susceptibles d’engendrer des problèmes tels que la condensation et l’humidité, la formation de moisissures et certains problèmes de santé consécutifs.

Si votre système est défaillant ou endommagé, votre ventilation de votre maison peut être optimisée en le remplaçant pour une meilleure efficacité énergétique. Si la maison n’est pas équipée, il est possible d’opter pour un système de ventilation mécanique contrôlée,

Conclusion

Le réchauffement climatique, l’utilisation de produits chimiques synthétiques et la croissance démographique aggravent considérablement la pollution de l’air. Cependant, étant donné l’importance de la ventilation pour le bien-être, commencer à planifier sa rénovation s’avère crucial.

Toutefois, ventiler la maison correctement et économiquement nécessite un compromis : renouveler l’air nécessaire au bien-être et à la santé et évacuer l’excès de vapeur. La ventilation mécanique contrôlée apparaît comme la meilleure option.

Comment rénover sa ventilation ?
Retour en haut